Mec logo

Ne jamais abandonner - Never give up !

C'est en 2011 que Marie-Ève a fait partie pour la première fois de l’équipe nationale canadienne de paracyclisme.

Marie-Ève connaîtra dès lors (en 2011 et 2012) ses meilleurs moments en carrière alors qu’elle a raflera tout sur son passage se méritant les titres de Championnes québécoise et canadienne, de championne en coupe du monde avec deux globes de cristal, de double championne mondiale au contre la montre et sur route.

Alors sélectionnée pour les Jeux Paralympiques de Londres en 2012 où elle était identifiée comme le plus grand potentiel de médaille, elle a dû déclarer forfait quelques heures avant le départ à cause d’une sévère commotion cérébrale. Cette malchance venait s’ajouter à la série d’événements éprouvants qui ont semé la route de la paracycliste au cours des deux dernières décennies. 

Forcée d’arrêter complètement l’entraînement et la compétition pour des problèmes de santé majeurs à son retour des Jeux Paralympiques de Rio en septembre 2016 et hospitalisée pendant plus de 2 mois au début de 2019, ses médecins l'ont autorisé à reprendre l'entraînement en mars 2019.

Elle réussira à faire le standard A de l’Équipe Nationale Canadienne dès ses deux premières courses de la saison, en terminant deuxième au contre la montre en plus de réussir 106% de son standard A et 3e à la course sur route. Cet excellent début de saison 2019 lui permet donc de se qualifier pour les Jeux Para Panaméricains au Pérou et les Championnats Mondiaux au Pays-Bas. 

Ces résultats sont donc en ligne avec les tests récemment effectués ouvrant donc la porte à des podiums lors des prochaines épreuves nationales et internationales.

Il va sans dire que tous les espoirs sont maintenant permis en vue du grand rendez-vous que sont les Olympiques de Tokyo en 2020 lors desquels notre athlète voudra mettre à son coup la seule médaille qui lui a échappé jusqu'à maintenant, celle avec les cinq anneaux olympiques.

Ce qui la motive

De démontrer principalement aux jeunes que malgré les embûches, les malchances et les tragédies que la vie nous réserve, tout ne s'arrête pas là! Le sport fait partie de l’équilibre d’une vie au même titre que de bien s’alimenter et ce, peu importe le niveau pratiqué. Aux prises avec un handicap on peut choisir de s’apitoyer sur son sort et être malheureux ou choisir d’aller de l’avant et d’améliorer sa qualité de vie tout autant au niveau de l'équilibre mental, physique, social ou personnel que de l'estime de soi. Marie-Ève prêche donc par l'exemple et espère que ses accomplissements sauront motiver tous ceux à qui ce message d'espoir parviendra.  

Résilience, détermination et rigueur: la clé du succès de Marie-Ève

Marie-Eve a été initiée très tôt au sport de compétition. Dès l’âge de 6 ans, elle pratique le softball et l’hiver, la ringuette. Elle s’illustre rapidement dans ces deux sports, si bien qu’elle participe à plusieurs reprises aux Jeux du Québec, aux Jeux du Canada et aux Internationaux. Marie-Ève fait la pluie et le beau temps jusqu’au jour où la malchance frappe – une première fois – alors qu’elle est heurtée par une voiture à l’âge de 14 ans alors qu’elle marchait. Malgré plus d’une douzaine de chirurgies plus tard et une enfance passée dans les blocs opératoires, il lui reste des séquelles corporelles permanentes. 

Quelques années plus tard, la malchance frappe de nouveau lors d’un voyage dans le Sud. Marie-Eve attrape un virus qui attaque sa moëlle épinière. À l’intérieur de 5 jours, elle perd l’usage complet de ses jambes. S’installe alors une longue période de rééducation afin de retrouver l’usage de ses jambes. Le résultat sera partiel, laissant Marie-Eve avec une paraplégie incomplète des jambes et des pertes d’équilibre. C’est alors qu’elle a le bonheur de croiser le chemin d’Éric Van Den Eynde, alors entraîneur en chef de l’Équipe National Canadienne de paracyclisme. Ce dernier deviendra son entraîneur et le principal responsable de ses succès sur trois roues. 

Marie-Ève consacre la même énergie à son entraînement à vélo, si bien qu’elle remporte la médaille de bronze aux Jeux Para Pan-Américains au Mexique en 2011, les Championnats du monde en 2011 et 2012 et remporte le Globe de Crystal en 2011 et 2012. Elle est actuellement vice-championne mondiale au contre la montre et sur route. 

Alors que plusieurs auraient jeté la serviette, Marie-Eve Croteau n’a jamais voulu abandonner. Elle reconnaît sa chance d’avoir été bien entourée à travers les épreuves et en témoigne dès que l’occasion se présente. C’est d’ailleurs auprès de la Fondation Élan que Marie-Eve s’implique le plus. Cette fondation permet à des centres de réadaptation à se procurer et modifier différents équipements de sports afin de permettre à des personnes ayant subi un accident de découvrir de nouveaux sports. 

Pleinement remise de la commotion cérébrale qui l’a écartée des Jeux de Londres, Marie-Eve est à nouveau sur la voie de la victoire. Avec un titre de Championne canadienne en poche et un Globe de crystal à son actif en 2014, l’avenir s’annonce enfin teinté de rose. Cette fois, la championne paracycliste compte bien donner rendez-vous à l’élite mondiale à Rio en 2016. 

Financiers

Produits et services

Associations sportives (Partenaires)

Propulsé par Medalist